slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow

Vous êtes ici

Écritures grises. Les instruments de travail administratifs en Europe méridionale (XIIe-XVIIe siècle)

Programme : Le Laboratoire politique et social italien
Écritures grises. Les instruments de travail administratifs en Europe méridionale (XIIe-XVIIe siècle)
Atelier I : « Grey Writings Anatomy »

organisé par l'École française de Rome, le CIHAM - UMR 5648, le Centro Europeo di Ricerche Medievali di Trieste, l'Istituto Storico italo-germanico di Trento, l'École Nationale des Chartes, et le Dipartimento di Giurisprudenza dell’Università di Roma Tre

20-21 septembre 2013, École française de Rome (Piazza Navona, 62 / Roma - 00186)

Dans le cadre du programme de recherches « Écritures grises. Les instruments de travail administratifs en Europe méridionale (XIIe-XVIIe siècle) », l’atelier d’études « Grey Writings Anatomy » ouvre l’exploration des écritures de l’autorité publique et de leurs mutations sur le temps long (ca 1100 – ca 1700) par l’examen de leurs spécificités matérielles, linguistiques et formelles. En tâchant de se placer en deçà des traditionnelles typologies documentaires, l’objectif est de définir ce qu’est une « écriture grise » par la comparaison des divers instruments écrits utilisés par les appareils de gouvernement, mais aussi d’enrichir le concept d’« administration » en substituant aux schémas fonctionnalistes et aux organigrammes contemporains l’analyse des chaînes, des techniques et des logiques d’écriture para-politiques du Bas Moyen Âge et de la Première Modernité.
Trois axes complémentaires seront privilégiés, pour autant de demi-journées d’étude. Une première session autour de « la matérialité » soumettra à enquête les écritures comptables et judiciaires, ainsi que les registres de délibération, pour réfléchir aux supports des documents préparatoires qu’utilisaient les administrations et dégager ainsi les critères de définition matériels de l’« écriture grise ». Une seconde session mettra l’accent sur certaines des « techniques administratives » fondamentales qui permettaient aux appareils de gouvernement de fonctionner (classer, archiver, styler, traduire etc.). Une troisième session interrogera les « logiques formelles » transversales à l’oeuvre dans la confection des instruments de travail administratifs, ainsi que dans la production documentaire quotidienne des appareils de gouvernement (la liste, la compilation, le questionnaire etc.).

Organisation scientifique :
Arnaud Fossier (Université de Bourgogne),
Johann Petitjean (Université Paris 1), Clémence
Revest (CNRS-École française de Rome)

Contacts à l'École française de Rome :
Stéphane Gioanni, Directeur des études médiévales
Grazia Perrino, Secrétariat des études médiévales
secrma@efrome.it – tel 0039 0668601248

 

Journées d'étude
Vendredi 20 Septembre 2013 - Samedi 21 Septembre 2013
Rome