slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow

Vous êtes ici

Derniers dépôts du CIHAM sur HAL SHS

[tel-01543954] Bizerte et sa région : étude de géographie historique

jeu, 22/06/2017 - 16:25
Bizerte et sa région : étude de géographie historique est un essai de monographie régionale d’une entité de l’extrême nord-est de la Tunisie dans la longue durée (de la deuxième moitié du VIIe siècle jusqu’au XVIIIe siècle). Outre la réalisation d’un corpus des monuments islamiques des centres urbains et de quelques zones rurales de la région, cette étude a comme objectif l’étude de la ville dans son contexte général : le réseau villageois et campagnard qui l’entoure. Exploitant aussi bien les sources écrites et cartographiques que les résultats des travaux sur le terrain, cette étude décrit une dizaine de centres urbains et quelques sites ruraux.L’archéologie appliquée dans la deuxième partie de cette monographie est plurielle. En plus de l’inventaire systématique des monuments des centres urbains, nous avons adopté les outils de ce que les spécialistes appellent l’archéologie extensive. De même, les approches pratiquées pour la lecture des évolutions urbaines et des stratégies territoriales sont variées. La multiplication des méthodes et des approches nous a permis de dépasser les inconvénients du silence des sources écrites, de renouveler des hypothèses et de créer une nouvelle base d’informations pour les prochaines recherches.

[halshs-00940314] Augusto-Agusta: l'Empire re-sémantisé dans La Divine Comédie

mer, 21/06/2017 - 03:13
La réflexion sur les institutions menée pendant la journée d'études à l'université de Saint-Étienne a donné l'occasion de chercher à clarifier le sens de l'apparition en plein ciel d'un hapax aussi marqué qu'Agusta dans l'avant-dernier chant du Paradis (XXXII, 119). Attribuant à Marie le titre d'Impératrice au terme de son parcours, Dante donne-t-il ainsi une ultime signification à sa conception de l'Empire ? Après un rapide aperçu des grandes discussions suscitées par cette question complexe, l'étude se penche sur quelques passages significatifs du Purgatoire et du Paradis où Marie apparaît aux côtés de certains représentants de l'Empire (Empereurs ou Aigle impériale). L'analyse permet de conclure que Dante opère une véritable re-sémantisation de l'institution temporelle où le sens théologique vient s'ajouter au sens politique, sans pour autant l'éliminer.

[halshs-00805757] Di questo tempestoso mare stella" : la "Stella maris" dans la poésie italienne, religieuse et profane, des XIIIe et XIVe siècles

mar, 20/06/2017 - 03:10
La recherche porte sur les croisements de sens possibles entre la "Stella maris" (nom donné à la Vierge Marie, qui se réfère à la "navigatio" de l'"homo viator" exilé) et les images de l'étoile dans la poésie lyrique italienne profane des XIIIe et XIVe siècles. Après avoir retracé brièvement l'histoire de cette appellation mariale, l'étude se penche sur les occurrences du topos lyrique (dans un corpus qui s'étend de l'École sicilienne à Pétrarque) où la dame-étoile sert de guide pour une traversée métaphorique, et en particulier sur celles où l'aiguille aimantée de la boussole (technique de navigation récemment prise en compte par les poètes) introduit une variante dans le topos courtois qui compare la toute-puissance d'Amour (ou de la dame) à l'attraction irrésistible de l'aimant sur le fer. Les parallèles et les distinctions ainsi établis permettent d'enrichir la compréhension des passages examinés, tout en soulignant la fécondité persistante des champs sémantiques liés à l'exil.

[halshs-00805780] Marie, Reine du ciel dans "La Divine Comédie"

mar, 20/06/2017 - 03:10
Comment Dante a-t-il fait jouer une autorité féminine si particulière dans son œuvre majeure ? À l'image du paradoxe de la prière finale, " Humble et élevée plus que les créatures " ("Paradis" XXXIII, 2), l'article souligne que "La Divine Comédie" présente celle que l'on appelait désormais la " Reine du ciel " à la fois comme l'adjuvant le plus puissant du récit et comme l'humble personnage de sa propre histoire terrestre. Chacun de ces deux aspects apparemment contradictoires y est analysé pour chercher à mettre en évidence le lien que Dante a voulu établir entre les deux.

[tel-01540281] L’œuvre de Nicolas de Vérone : intertextualité et création dans la littérature épique franco-italienne du XIVe siècle

sam, 17/06/2017 - 03:18
Nicolas de Vérone est un poète franco-italien du XIVe siècle, courtisan de Nicolas Ier d’Este, à qui il dédicace, en 1343, une de ses œuvres. Il a écrit 3 poèmes épiques de forme métrique identique mais d’inspirations profondément différentes : la Pharsale (3166 vers) raconte la guerre armée qui opposa César et Pompée en Thessalie pour la maîtrise de Rome, la Prise de Pampelune, ou Continuation de l’Entrée d’Espagne (6116 vers), est un récit qui se rattache à la tradition des aventures de Roland et de Charlemagne en Espagne avant la défaite de Roncevaux et la Passion (994 vers) narre les derniers jours de la vie du Christ.Ces 3 chansons de geste sont rédigées en franco-italien, cette langue hybride purement littéraire et probablement jamais parlée qui permet aux auteurs italiens d’adapter la geste et les héros français à un public aristocratique et bourgeois d’une Italie du Nord déjà pré-humaniste. Chacune puise son contenu à des sources clairement identifiées : les Fet des Romains, compilation française d’histoire ancienne du XIIe siècle, l’Entrée d’Espagne, épopée carolingienne d’un anonyme Padouan, la Chronique de Turpin et les Evangiles, auxquels il convient d’ajouter quelques légendes apocryphes largement répandues au Moyen Age.Les thématiques sont classiques et la lutte armée y occupe une place de choix mais le cadre des aventures narrées est singulièrement novateur en ce qu’il ne conserve aux différents éléments surnaturels de la tradition épique qu’une place minime et purement ornementale : le divin se réduit jusqu’à l’inconsistance et Dieu est un Dieu caché.Cela vient du fait que l’esprit de la chanson de geste est réinterprété à l’aune des conceptions pré-humanistes : le héros épique s’apparente désormais à un personnage romanesque et l’épaisseur psychologique qu’il gagne lui confère un statut nouveau d’homme placé au centre du monde. Le projet politique de Nicolas de Vérone est d’une étonnante modernité et prône une véritable démocratie, à l’image de la République romaine des libertés. Le sens moral de l’œuvre réserve à la prudence une place centrale en en faisant le fondement de toute action juste et droite.C’est que le sens philosophique des textes est lui-même tout à fait inédit : l’auteur concilie les vertus chrétiennes classiques et une sagesse néo-stoïcienne. Ainsi, l’humilité se fait ascèse et la mort héroïque du martyr de la foi s’apparente aux exemples des sages antiques. L’exigence de modération et la volonté de ne s’étonner de rien (nihil mirari) bien loin de la fortitudo épique, ainsi que le respect de sa nature apparaissent comme des impératifs nouveaux. Nicolas de Vérone ne nie pas la difficulté d’un tel idéal et réserve une place, à côté de la vertu absolue du sage, pour une sagesse domestique purement humaine et une parénétique. La morale s’est faite optative.

[halshs-01500227] Les Banū Thaʽlaba, une famille andalouse à Fès (IIIe/IXe-IVe/Xe siècle)

mer, 26/04/2017 - 03:09
Cet article retrace l’histoire d’une famille de notables fassis d’origine andalouse, les Banū Thaʻlaba, connus par diverses sources médiévales. Il s’agit dans un premier temps de dresser le portrait de ses membres en compilant de rapides données biographiques, afin d’illustrer et de comprendre la permanence de cette famille au plus haut niveau de la société. Dans un second temps, l’étude des Banū Thaʻlaba permettra de développer quelques réflexions plus générales sur la société de leur temps, en particulier sur l’intégration des Andalous aux élites urbaines du Maghreb al-Aqṣā.

[halshs-01446238] Nef Annliese (dir.), Les territoires de la Méditerranée, XIe-XVIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, 238 p.

lun, 24/04/2017 - 19:07
Cet ouvrage est le fruit d’un séminaire collectif annuel, consacré à l’espace économique méditerranéen au Moyen Âge et animé par D. Coulon, A. Nef, C. Picard et D. Valérian. Après une courte introduction d’A. Nef, il comporte quatorze articles, classés sous trois rubriques : « Le contrôle des espaces maritimes » (p. 13-71), « Stratégies économiques » (p. 73-157) et « L’encadrement institutionnel, juridique et fiscal de la production et des échanges » (p. 159-231).

[halshs-00608756] L'abbesse et les poissons : un aspect de la zoologie de Hildegarde de Bingen

mar, 07/03/2017 - 02:08
Parmi les animaux décrits par Hildegarde de Bingen (XIIe siècle) dans sa Physica, les poissons sont incontestablement ceux qu'elle le mieux connus, et le livre qu'elle leur consacre serait même, d'après certains commentateurs, l'apport le plus original, en ce domaine, de toute la zoologie du Moyen Age. On lui doit en effet un des plus anciens témoignages sur la faune aquatique du Rheingau, vue en fonction de son utilité pour l'homme, mais aussi dans une perspective proprement "naturaliste".

[halshs-00608957] La faune germanique médiévale aux XIe-XIIe siècles : une brève histoire de noms

mar, 07/03/2017 - 02:08
Dans son ouvrage pionnier sur les animaux et leur histoire, Robert Delort saluait en Hildegarde de Bingen (1098-1179) " l'une des premières observatrices de la faune médiévale ", voire " la première véritable zoologue du Moyen Age ". Cette abbesse des bords du Rhin a de fait consacré 4 des neuf sections de son encylopédie naturelle, Liber subtilitatum diversarum naturarum creaturarum alias Physica au monde animal réparti en autant de catégories : de piscibus, de avibus, de animalibus, de reptilibus. En hommage à Robert Delort, cet article retrace l'histoire de quelques espèces et de leurs noms en terres germaniques. Quand elle en ignorait la traduction latine, Hildegarde donnait le nom allemand des espèces et on lui doit ainsi un précieux témoignage sur le monde animal connu dans la Germanie du XIIe siècle. En privilégiant une approche philologique, et en s'appuyant aussi sur d'autres sources allemandes, en aval comme en amont, on s'intéresse ici aux dénominations traduisant l'appartenance des animaux à une aire géographique et culturelle donnée. Dans les meilleurs des cas, l'étude des noms vernaculaires peut aider à retracer l'histoire d'espèces raréfiées ou disparues.