slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow

Vous êtes ici

Derniers dépôts du CIHAM sur HAL SHS

[halshs-01500227] Les Banū Thaʽlaba, une famille andalouse à Fès (IIIe/IXe-IVe/Xe siècle)

mer, 26/04/2017 - 03:09
Cet article retrace l’histoire d’une famille de notables fassis d’origine andalouse, les Banū Thaʻlaba, connus par diverses sources médiévales. Il s’agit dans un premier temps de dresser le portrait de ses membres en compilant de rapides données biographiques, afin d’illustrer et de comprendre la permanence de cette famille au plus haut niveau de la société. Dans un second temps, l’étude des Banū Thaʻlaba permettra de développer quelques réflexions plus générales sur la société de leur temps, en particulier sur l’intégration des Andalous aux élites urbaines du Maghreb al-Aqṣā.

[halshs-00608756] L'abbesse et les poissons : un aspect de la zoologie de Hildegarde de Bingen

mar, 07/03/2017 - 02:08
Parmi les animaux décrits par Hildegarde de Bingen (XIIe siècle) dans sa Physica, les poissons sont incontestablement ceux qu'elle le mieux connus, et le livre qu'elle leur consacre serait même, d'après certains commentateurs, l'apport le plus original, en ce domaine, de toute la zoologie du Moyen Age. On lui doit en effet un des plus anciens témoignages sur la faune aquatique du Rheingau, vue en fonction de son utilité pour l'homme, mais aussi dans une perspective proprement "naturaliste".

[halshs-00608957] La faune germanique médiévale aux XIe-XIIe siècles : une brève histoire de noms

mar, 07/03/2017 - 02:08
Dans son ouvrage pionnier sur les animaux et leur histoire, Robert Delort saluait en Hildegarde de Bingen (1098-1179) " l'une des premières observatrices de la faune médiévale ", voire " la première véritable zoologue du Moyen Age ". Cette abbesse des bords du Rhin a de fait consacré 4 des neuf sections de son encylopédie naturelle, Liber subtilitatum diversarum naturarum creaturarum alias Physica au monde animal réparti en autant de catégories : de piscibus, de avibus, de animalibus, de reptilibus. En hommage à Robert Delort, cet article retrace l'histoire de quelques espèces et de leurs noms en terres germaniques. Quand elle en ignorait la traduction latine, Hildegarde donnait le nom allemand des espèces et on lui doit ainsi un précieux témoignage sur le monde animal connu dans la Germanie du XIIe siècle. En privilégiant une approche philologique, et en s'appuyant aussi sur d'autres sources allemandes, en aval comme en amont, on s'intéresse ici aux dénominations traduisant l'appartenance des animaux à une aire géographique et culturelle donnée. Dans les meilleurs des cas, l'étude des noms vernaculaires peut aider à retracer l'histoire d'espèces raréfiées ou disparues.

[halshs-01337692] GILOTTE, Sophie, et VOGUET Élise (éds.), Terroirs d’al-Andalus et du Maghreb, VIIIe-XVe siècle. Peuplement, ressources et sainteté, Saint-Denis, Bouchène, 2015, 251 p., in Bulletin Critique des Annales Islamologiques, n° 30, 2015, p....

mar, 21/02/2017 - 02:08
Cette publication rassemble huit communications proposées dans le cadre du séminaire « Islam médiéval d’Occident », mis en place en 2006 et consacré à l’étude de l’arabisation et de l’islamisation de l’Occident musulman (al-Andalus, Maghreb, Sicile). Ce séminaire a mis à l’honneur, au cours du premier semestre de l’année 2010, l’histoire des espaces ruraux,restée longtemps marginale

[halshs-01104756] ABDELLATIF Rania, BENHIMA Yassir, KÖNIG Daniel, et RUCHAUD Élisabeth (éds.), Construire la Méditerranée, penser les transferts culturels. Approches historiographiques et perspectives de recherche, Munich, Oldenbourg, 2012, 194 p.

sam, 18/02/2017 - 02:09
Cet ouvrage rassemble l’essentiel des interventions d’un atelier organisé à Paris, les 9 et 10 juin 2009, par le groupe de recherche FranceMed (« La France et la Méditerranée. Espaces de transfert culturel »). Cette conférence est la première d’une série de quatre rencontres, consacrées à l’étude des transferts culturels en Méditerranée médiévale, qui doivent donner lieu à autant de volumes.

[halshs-00733984] Réflexions sur l'idéologie portugaise de la reconquête. XIIe-XIVe siècles

sam, 11/02/2017 - 02:07
II n'est plus besoin de souligner l'importance que le phénomène de "Reconquête" a eu dans l'évolution des sociétés ibériques : nombre de leurs structures matérielles en sont issues. Mais cette lutte multi-séculaire est aussi un phénomène idéologique ou, plus proprement, de mentalités : c'est cet aspect que nous retiendrons et que nous étudierons dans l'aire géographique portugaise, à laquelle une précoce autonomie politique a donné une certaine identité culturelle au sein de la Péninsule Ibérique.

[hal-01456751] Jean-Georges Varsy et l’« Histoire d’Ali Baba ». Révélations et silences de deux manuscrits récemment découverts

jeu, 09/02/2017 - 02:05
Première partie d’une étude à paraître en deux temps, consacrée aux versions arabes du conte d’Ali Baba, cet article est centré sur l’orientaliste Jean-Georges Varsy. En opposition avec le point de vue de Mohsen Mahdi, qui considère que « Varsy […] a composé [Ali Baba] comme un quelconque écolier français aurait pu le faire en grec ou latin » et souligne son « indigence » « stupide » et « ridicule », cette étude établit que Varsy était un arabisant compétent, avec une solide connaissance de la langue et de la civilisation arabes. À cet effet, je me suis appuyée sur des documents imprimés portant sur la Campagne d’Égypte, du matériau généalogique et, surtout, sur deux manuscrits que j’ai récemment découverts : une autobiographie de Varsy et un commentaire qu’il a rédigé en arabe du Qāmūs d’al-Fīrūzābādī.

[hal-01456690] Genres poétiques et intra-textualité dans Sîrat al-Malik al-Zâhir Baybars : L'exemple des trois premiers volumes

jeu, 09/02/2017 - 02:05
Quelle fonction intra-textuelle jouent les vers cités dans le Roman de Baybars? L'examen de la distribution des citations poétiques par genre, des liens entre les genres répertoriés et le contexte dans lequel ils sont utilisés, l'identité des récitants, la nature des marqueurs de citation dans le texte permettent de montrer (particulièrement à travers l'étude de la poésie sapientielle, élégiaque, bachique ou amoureuse) que le Roman asservit les genres poétiques à ses besoins narratifs et qu'il véhicule, à l'évidence, une conception de la poésie indépendante des codes de la métrique.

[hal-01456376] Mésaventures au hammam

mer, 08/02/2017 - 02:06
Lieu d’hygiène et de purification, le hammam est également un lieu de sociabilité, mais tout autant de nudité et de plaisirs ; du regard (fresques), de l’ouïe (musique), du goût (collations, boissons), de l’odorat (onguents, parfums), du toucher (massages…), mais aussi de la chair et de tous les sens à la fois. Ces différents aspects d’une institution séculaire ont fait l’objet d’études variées relevant de disciplines différentes. De même, le discours moral et prohibitif sur ce lieu de tentations a retenu l’attention des chercheurs. L’étude proposée ici explore, grâce à l’apport remarquable des nouvelles technologies, un volet relativement peu étudié : celui des faits de la vie quotidienne (larcins, chutes…) ou exceptionnels (agressions, viols…), voire définitifs (morts subites, inondations, assassinats politiques) qui viennent troubler les usagers du hammam, petites gens aussi bien que califes.

[hal-01456188] Les principales figures de femmes musulmanes dans Sîrat Baybars

mer, 08/02/2017 - 02:06
Mieux que la littérature normative, la littérature populaire en langue arabe permet de connaître la réalité de la vie quotidienne et des rapports entre hommes et femmes. Ainsi, quoiqu'il s'agisse d'une oeuvre épique, la Sîrat Baybars est riche de figures féminines contrastées. De la femme au foyer, à la notable influente, en passant par la reine, les « lionnes » (guerrières ismaéliennes) ou les prostituées, elles témoignent de la diversité des rôles actifs joués par les femmes dans une société patriarcale traditionnelle, loin de l’image figée et essentialiste qu’on tend à leur attribuer dans certains discours.

[hal-01456161] La figure monstrueuse de la goule et l’angoisse de Ta’abbaṭa Šarran Variations sur une hypothèse de Pierre Larcher sur Ta’abbaṭa Šarran et Persée

mer, 08/02/2017 - 02:06
A la lumière de l'anthropologie, de la psychanalyse, de la mythologie et de l'analyse du discours, cet article analyse l'hypothèse de Pierre Larcher selon laquelle les récits concernant la rencontre entre le poète surnommé Ta'abbata Sharran et la goule incarnent les mêmes interrogations humaines que le mythe grec de Persée et Méduse. L'article établit également que le surnom attribué au poète et les récits qui l'expliquent recoupent les principaux thèmes véhiculés par ce mythe.

[halshs-01453038] Entre tribus et État, entre Maghreb et Mashrek : le califat-imâmat almohade (xie–xiiie siècle)

mar, 07/02/2017 - 02:06
Le texte que je présente ici s’inscrit délibérément dans une perspective comparatiste. C’est explicitement pour cette raison que ma participation avait été sollicitée dans le cadre de la réflexion menée par Jean-Philippe Genet sur les mutations politiques dans l’Occident latin au Moyen Âge et sur la question de la forme particulière de domination et de contrôle de la société et du territoire que représente l’« État » tel qu’il s’est développé dans les sociétés latines occidentales, depuis le Moyen Âge jusqu’à l’époque moderne. Sans trop s’avancer, on peut déjà affirmer que les sociétés maghrébines ont emprunté une voie différente de celle des sociétés latines malgré un substrat antique commun.Après avoir brossé rapidement les traits principaux de l’Empire almohade — probablement une des constructions politiques les plus abouties en Islam au Moyen Âge —, cet article reprendra les différents points développés par Jean-Philippe Genet dans son texte de présentation, à partir de l’exemple almohade et plus particulièrement des documents de chancellerie.

[halshs-01453002] The story of the Almohads in the Kingdom of Fez and of Morocco

mar, 07/02/2017 - 02:06
In 1147, the first Almohad imâm-caliph, Abd al-Mu’min, captured Marrakech, bringing an end to the reign of the Sanhâja, after a long struggle lasting seven years. The following year, in Mâssa, a ribât situated to the south of Marrakech, a serious uprising broke out led by Ibn Hûd al- Mâssî. According to the Almohad chronicles, people fleeing from different regions flocked together under his banner. He was proclaimed mahdî by the inhabitants of Sijilmâssa and of Dara, the Dukkâla, the Regraga, the Huwwâra and the Tâmesna. The Caliph had great trouble in putting down this rebellion. Often regarded as the « recognition » (itirâf) of Almohad power, in fact it was a bloody purge, which also involved the Almohad hierarchy, responsible for « pacifying » the different regions of the Empire : the Almohad chronicler, al-Baydhaq, quotes a figure of 32,780 executions! In spite of occasional small victories, Ibn Hûd al-Mâssî was finally defeated and killed in 1149. Only Marrakech and Fez did not take part in what Almohad chroniclers of this period described as a ridda, so recalling the Wars of Apostasy against rebel Arab tribes that broke out on the death of the Prophet Muhammad. Why was Fez, one of the great historic capitals of Morocco, if not the greatest, not rewarded for its loyalty? In the end, the Almohads chose Marrakech, an Almoravid foundation, as their capital and themselves founded Ribât al-Fath, the town that would later become Rabat. Their fate is therefore linked to Fez’s two main rivals, Marrakech in the Mediaeval and Early Modern period, and Rabat the present-day capital. An analysis of the origin of the Almohads and the history of their Empire will perhaps shed light on why they made these choices.

[halshs-01452989] Les derniers soubresauts de l’hégémonie maghrébine en al-Andalus : la reconnaissance du calife almohade al-Rašīd par les émirs de Séville et de Grenade en 636/1238

mar, 07/02/2017 - 02:06
1238 : dix ans après le départ au Maghreb d’al-Ma’mūn, dernier calife almohade ayant régné sur al-Andalus, et dix ans avant la conquête de Séville par les troupes de Ferdinand III de Castille- León, les émirs de la capitale andalouse reconnaissent l’autorité du calife almohade de Marrakech. Cet épisode, dont je vais essayer de montrer l’importance historique, n’a guère retenu l’attention des historiens. Ainsi n’est-il mentionné qu’à deux reprises, brièvement, sans note, référence, ni commentaire, dans l’ouvrage encyclopédique El retroceso territorial de al-Andalus réalisé par les plus grands connaisseurs de l’histoire d’al-Andalus au Moyen Âge. Pourtant, dans le contexte troublé des troisièmes Taifas, cet épisode donne des indications importantes sur la vie politique et la société péninsulaires : d’abord, comme l’appel à l’aide lancé aux Almoravides par les savants andalous à la fin du XIe siècle, cette allégeance manifeste la crise politique locale et révèle l’état de faiblesse militaire des régions septentrionales du Détroit de Gibraltar face à des royaumes chrétiens agressifs et fortement militarisés ; ensuite, malgré l’enracinement de l’école juridique malékite depuis le IXe siècle dans l’Occident musulman, la reconnaissance des souverains almohades prouve que ceux-ci ont partiellement gagné leur pari de concurrencer les centres de pouvoir orientaux comme instance de légitimation. Enfin les sources et l’historiographie traditionnelle ont souvent insisté sur l’opposition Arabes/Berbères, ou Andalous/Berbères, c’est-à-dire sur le rejet par les populations andalouses des souverains étrangers (almoravides, puis almohades) sur des bases « ethniques ». Les historiens d’al-Andalus évoquent ainsi souvent la haine qu’auraient ressentie les Andalous face aux Berbères, rustres et étrangers, qu’ils soient almoravides ou almohades, et qui auraient imposé leur joug pendant près d’un siècle et demi sur cette terre d’anciennes civilisation et culture. Le choix fait par les princes de Grenade et Séville en 1238 de reconnaître l’autorité des souverains de Marrakech remet-elle en question cette vision traditionnelle, dont l’hypothèse repose sur l’existence présumée d’une forte identité andalouse, pré-nationale, et foncièrement xénophobe ?

[halshs-01441948] Présentation

mar, 31/01/2017 - 02:04
Grenade n’est pas Babylone et les mythes qu’elle inspire sont de nature bien différente. À la fois plus récents et moins universels, ceux-ci sont en même temps d’une actualité incontestable, comme en témoigne l’usage politique qui en est fait périodiquement. D’une certaine manière, ils complètent certains mythes babyloniens : comme en réponse à l’éclatement linguistique (et religieux) de l’humanité contenu dans le mythe biblique de la tour de Babel, ils offrent l’image idyllique d’une cohabitation/convivencia/ ta ʿ āyuš harmonieuse entre les trois monothéismes. S’il n’y a aucun lien génétique direct entre les jardins suspendus de Babylone et la ™inna, juive ou musulmane, du paradis de Grenade, en revanche les mythes des jardins verdoyants dans le monde islamique plongent leurs racines littéraires et culturelles dans un substrat arabique et mésopotamien. L’ordre choisi pour les différents chapitres qui suivent est à la fois logique et chronologique : du plus général au plus pointu, du plus ancien au plus récent, de l’archéologie à la peinture, en passant successivement par l’histoire et la littérature.

[halshs-01446232] Dominique Valérian (éd.), Islamisation et arabisation de l’Occident musulman médiéval (viie-xiie siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, Bibliothèque historique des pays d’islam, 2011, 407 p.

mar, 31/01/2017 - 02:04
Cet ouvrage est le résultat du séminaire « Islam médiéval d’Occident », organisé par Cyrille Aillet, Sophie Gilotte, Annliese Nef, Christophe Picard, Dominique Valérian, Jean-Pierre Van Staëvel et Élise Voguet à Paris, au Colegio de España, au cours des années 2006-2007. Il témoigne du renouveau de la recherche française sur le Maghreb médiéval. Il s’inscrit dans la perspective d’une ré-historicisation du processus historique de conversion à l’islam, de la diffusion de cultures matérielles et politiques islamiques, et de l’arabisation du « Maghreb », entendu au sens étymologique, c’est-à-dire l’« Occident » musulman jusqu’à al-Andalus, qui recouvre à cette époque une grande partie de la péninsule Ibérique.

[halshs-01446078] Ronald A. Messier, The Almoravids and the meanings of Jihad, Santa Barbara (Ca.), Denver (Co.), Oxford, Praeger, 2010, 248 p.

mar, 31/01/2017 - 02:04
Comme le manifeste son titre, l’ouvrage de Ronald A. Messier est un ouvrage de vulgarisation destiné à un public beaucoup plus large que celui des chercheurs et universitaires. Dans le genre, c’est un excellent ouvrage, même s’il ne répond pas aux critères du livre universitaire d’histoire.

[halshs-01446066] Jarbel Rodriguez, Captives and Their Saviors in the Medieval Crown of Aragon. Washington (D. C.), Catholic University of America Press, 2007, XXIII-225 pp.

mar, 31/01/2017 - 02:04
L’ouvrage de Jarbel Rodriguez, plus que le fruit d’une recherche novatrice, est une synthèse documentée sur les questions de la captivité et du rachat de captifs en Aragon aux xiiie-xve s. L’introduction, qui évoque la focalisation de la société aragonaise autour du problème de la captivité, annoncée comme un véritable système, pose ensuite diverses questions concernant d’abord le fonctionnement de cette « société du rachat », ensuite la manière dont les différents acteurs sociaux travaillaient ensemble de manière complémentaire pour aider les captifs à recouvrer la liberté et, enfin, les relations islamo-chrétiennes à la fin du Moyen Âge.

[halshs-01446014] Camilla Adang, Maribel Fierro et Sabine Schmidtke (eds), Ibn Ḥazm of Cordoba. The life and Works of a Controversial Thinker, Leiden-Boston, Brill («Handbook of Oriental Studies/Section 1, The Near and Middle East », 103), 2013, 804 p....

mar, 31/01/2017 - 02:04
Ce n’est pas un livre, ni même un ouvrage collectif, c’est une véritable encyclopédie sur Ibn Ḥazm, un des plus grands penseurs du monde musulman médiéval, qu’ont élaborée C. Adang, M. Fierro et S. Schmidtke. Il ne sera donc pas possible, on s’en doute, de rendre compte de chacune des très nombreuses contributions. Celles-ci ont été rédigées par les meilleurs spécialistes de la période et des sources, de l’homme, de son oeuvre et de sa pensée. Toutes les communications sont en anglais, sauf trois en français. Elles comportent toutes une bibliographie spécifique.

[halshs-01446054] Delfina Serrano Ruano (éd.) Crueldad y compasión en la literatura árabe e islámica, Madrid, CSIC-Universidad de Córdoba (« Estudios árabes e islámicos, monografías », 19), 2011, 400 p.

mar, 31/01/2017 - 02:04
Crueldad y compasión est un ouvrage collectif édité par Delfina Serrano, contenant les communications d’un séminaire organisé au CSIC à Madrid en 2008 sur le thème des émotions dans les sociétés arabes et islamiques. L’introduction de Delfina Serrano (p. 11-34) présente la démarche qui a prévalu pour l’organisation de ce séminaire sur « Cruauté et compassion dans la littérature arabe et islamique », ainsi que les enjeux du thème : l’antagonisme supposé entre passion et raison, la relecture nécessaire de cette opposition construite en même temps que se développait l’Orientalisme, et surtout la place qu’occupent la cruauté et la compassion dans le gouvernement des hommes. Les textes ont été classés en quatre parties inégales.

Pages